L’invention du Pipi-Stop (AntiNass)

L’inventeur

En 1932, à l’âge de 18 ans, Ernst Bieri, habitant alors à Laupen/BE (Suisse), s’est trouvé confronté, au sein de sa famille, aux difficultés qu’occasionne l’énurésie.

Chaque nuit son jeune frère faisait pipi au lit, ce qui devenait un vrai casse-tête pour sa mère. Inutile de dire qu’à l’époque il n’y avait ni langes à jeter ni machines à laver. Ernst Bieri s’est senti interpellé par ce problème et s’est mis en quête d’une solution.

En qualité d’apprenti monteur électricien, passionné par les nouvelles possibilités qu’offrait alors ce métier, il était logique que sa recherche s’oriente dans ce domaine-là.

 

Il a fallu beaucoup de patience et une observation précise

Il pensait qu’un appareil, émettant un signal au moment de la miction nocturne, permettrait d’éviter que son frère ne mouille complètement ses draps et qu’il ne reste dans son lit mouillé toute la nuit. Mais avant de se lancer dans un développement quelconque, il voulait d’abord comprendre ce qui se passait pendant le sommeil de son frère.

Très patiemment il l’observa, nuit après nuit. Il constata qu’avant le début de chaque miction, il se mettait à bouger, cependant sans se réveiller. Cette constatation le conduisit à construire un appareil détectant l’urine qui réveillait son frère immédiatement au début de sa miction par un signal acoustique et lumineux.

Puis le succès est arrivé

Après avoir utilisé cet appareil pendant quelques semaines, il constata que non seulement son frère se réveillait et que par conséquent son lit était moins mouillé, mais encore, qu’il réussit à retenir son urine de plus en plus longtemps car le moment de sa miction se décalait vers le matin. Finalement, il fut complètement guéri de son énurésie. Il retrouva le sourire, comme d’ailleurs sa maman.

Il voulait aussi aider d’autres enfants

Fort de cette heureuse expérience, Ernst Bieri souhaita que d’autres enfants puissent être guéris par son invention. Ceci se réalisa à partir de 1933.

Ne disposant que de moyens financiers très modestes, il fallut vendre ce premier appareil pour en construire d’autres, vendus à leur tour.

 

Le premier témoignage d’un médecin

Puis, il fit part de son invention au médecin de famille, le Docteur E. Müller-Pradervand à Laupen (BE). Comme prévu, le médecin fut très intéressé par l’appareil et souhaita qu’il se rende à son cabinet pour une démonstration, car il savait à quel point l’énurésie nocturne résiste à toutes les thérapies qui ne sont pas fondées sur une base suggestive.

Son témoignage, daté du 16 juillet 1936, confirme l’utilité de l’appareil avertisseur AntiNass (littéralement ” anti-mouillé “). Dans ce document, le médecin certifie avoir essayé cet appareil auprès d’un grand nombre de patients et que tous lui ont rapporté la petite « boîte magique » en déclarant, les yeux rayonnants, ne plus en avoir besoin.

Sa patente

Le Docteur Müller-Pradervand fit connaître Ernst Bieri auprès de l’Office des médecins scolaires de la ville de Berne, à la suite de quoi, l’appareil AntiNass fut commandé pour une utilisation continue par la plupart des orphelinats, foyers pour enfants, maisons d’éducation et institutions similaires. Préalablement, l’appareil AntiNass fut patenté sous le numéro 185773.